LE SYLPHE OU L'AMI DES PLAISIRS
propos
générique
extrait
presse

Dans un monde comme le nôtre, pour une moitié occupé à résoudre son rapport à la violence et l’autre à subir la barbarie, quel temps nous reste-t-il pour fêter l’amour ?

Voici une heure et quart de légèreté libertine hors de toute préoccupation politiquement correcte, où deux femmes racontent avec les mots du XVIIIème siècle la sexualité et ses plaisirs, de la plus habituelle “hétérosexualité”, en passant par une sexualité plus secrète, l’homosexualité, pour arriver finalement à la plus sublime : l’hétéré-sexualité, avec pour héros le Sylphe, cet amant imaginaire, capable de procurer tous les bonheurs, dans le secret des corps offerts au rêve d’un plaisir sans nom.

Parallèlement, coincés dans un juke-box, trois musiciens voilés (le cor, la harpe, la flûte), imperturbables, mènent de front leur concert, comme une traduction instantanée du texte pour les habitants de l’air, pour donner un autre son au langage, et parce qu’il n’y a pas d’amour sans confusion des souffles.