ALBERTINE, MARTHE, ANDREE, CLAUDE et les Autres
propos
générique
extrait
presse
Cabaret pour trois mariées, trois marionnettes et deux guerres mondiales. On y mange, on y boit, on y danse, petit moment de la condition humaine.

« Parce qu’il est urgent de dire à voix haute qu’ils ont existé, et que l’Histoire avec un grand H s’est nourrie de leur vie. Que chaque guerre, chaque bouleversement politique, économique, chaque avancée sociale se nourrit de la vie de Claude, Renée, Albertine et les Autres… et qu’il est infiniment précieux et joyeux de pouvoir le dire aujourd’hui à voix haute… »
Brigitte Mounier.
« Pendant 85 ans je n’ai pas pu m’exprimer. Aujourd’hui, j’ai vraiment besoin de parler. »
Ainsi commence le récit de Lydie.

Avec la vie de quinze femmes, qui ont travaillé, enfanté, vécu pendant les deux guerres mondiales du vingtième siècle, j’ai sculpté trois personnages féminins, en robe de mariée, qui portent la mémoire de la condition féminine. Qui portent surtout l’histoire des hommes et les deuils de la patrie.

C’est pourtant soixante minutes de joie où la mémoire sensitive est réveillée par toutes les bonnes choses à manger offertes par les comédiennes et qui, comme la madeleine de Proust, nous ramène dans notre jeune temps, qui n’était pas toujours bon, mais ça fait rien, l’humanité en verra d’autres.

Puisque les mariées-comédiennes et les spectateurs sont dans le même espace, buvant aux mêmes tables, et valsant entre les chaises, on sort finalement les photos et tout le monde reconnaît les siens. C’est alors qu’on se rend compte que la vie dans le Nord est la même qu’à l’Est, et que la vieillesse ne connaît pas de frontière.

D’ailleurs toutes ces vies ont trouvé leur dernière place à la Bibliothèque Nationale de France.